Vestidos Entreabertos, Tahar Ben Jelloun

  • Ana Cristina Tavares ULHT

Resumo

L’air s’était raréfié dans sa chambre et les murs avançaient en ce dimanche qui lui rappelait la terre fêlée du pays. La haleur, épaisse et blanche, occupait son lit et dérangeait les objets. Des images, se bousculèrent dans sa tête, jaillissant du miroir, du mur, de la natte. Elles prirent place dans ce lieu enveloppé de mélancolie, dans l’absence et l’exil. Même le transistor s’et mis à émettre directement du village ; il entendit le message de sa femme : «Ici c’est Fathma, ta femme —tout le monde va bien — la santé est bonne — les enfants sont en vacances —le mandat n’est pas encore arrivé, mais l’épicier nous fait crédit — ton père, ta mère, ton grand frère te saluent — nous t’attendons — n’oublie pas un cadeau pour la nièce qui se marie…»

##plugins.generic.usageStats.downloads##

##plugins.generic.usageStats.noStats##
Como citar
TAVARES, Ana Cristina. Vestidos Entreabertos, Tahar Ben Jelloun. Babilónia - Revista Lusófona de Línguas, Culturas e Tradução, [S.l.], n. 04, dec. 2010. ISSN 1646-3730. Disponível em: <http://revistas.ulusofona.pt/index.php/babilonia/article/view/1745>. Acesso em: 21 july 2019.